Adultes, Lecture, Post it

Post it : Le mystère Henri Pick, de David Foenkinos

 

Résumé officiel : En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses… Aurait-il eu une vie secrète? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n’était qu’une machination? Récit d’une enquête littéraire pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi la preuve qu’un roman peut bouleverser l’existence de ses lecteurs.

 

Premier paragraphe : « En 1971, l’écrivain américain Richard Brautigan a publié L’Avortement. Il s’agit d’une intrigue amoureuse assez particulière entre un bibliothécaire et une jeune femme au corps spectaculaire. Un corps dont elle est victime en quelque sorte, comme s’il existait une malédiction de la beauté. Vida, tel est le prénom de l’héroïne, raconte qu’un homme s’est tué au volant à cause d’elle; subjugué par cette passante inouïe, le conducteur a tout simplement oublié la route. Après le crash, la jeune femme s’est précipitée vers la voiture. Le conducteur en sang, agonisant, a juste eu le temps de lui dire avant de mourir : « Ce que vous êtes belle, mademoiselle. »

 

J’ai aimé : Le ton tour à tour ironique, mordant ou humoristique, l’originalité de l’histoire, les références historiques réelles, les personnages connus (François Busnel, Richard Brautigan, Viviane Maier, etc.) impliqués dans l’histoire, les réflexions sur le monde de l’édition, sur l’écriture, sur le travail d’écrivain, que dissémine l’auteur ça et là.

J’ai moins aimé : Certains rappels historiques qui trainent en longueur, les notes de bas de page parfois inutiles.

 

Passage mémorable : « On croit que le Graal est la publication. Tant de gens écrivent avec ce rêve d’y parvenir un jour, mais il y a pire violence que la douleur de ne pas être publié : l’être dans l’anonymat le plus complet. Au bout de quelques jours, on ne trouve plus votre livre nulle part, et on se retrouve d’une manière un peu pathétique à errer d’une librairie à l’autre, à la recherche d’une preuve que tout cela a existé. Publier un roman qui ne rencontre pas son public, c’est permettre à l’indifférence de se matérialiser. »

On en ressort : Désenchantée, voire dégoutée du monde de l’édition tellement l’auteur en dépeint les travers et ressorts pas toujours heureux.

 

Titre : Le mystère Henri Pick

Auteur : David Foenkinos

Éditions : Gallimard

Nombre de pages : 288

Parution : avril 2016

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Camilla 2 août 2016 at 3:22

    Un roman que j’ai beaucoup aimé !
    Et tu as raison, le passage que tu as sélectionné est juste « mémorable » 🙂

  • Reply Bookapax 2 août 2016 at 11:56

    Je l’ai pas mal souligné, notamment certains passages sur l’écriture et les écrivains, qui sonnent comme des réflexions de Foenkinos lui-même 🙂

  • Leave a Reply