Rentrée littéraire, Rentrée littéraire 2016

#Post it : Je vais m’y mettre, de Florent Oiseau

 

Fred, la quarantaine, enchaîne les courtes périodes de jobs alimentaires et les longues périodes de chômage. La carrière professionnelle ? Très peu pour lui ! Son temps, il le passe à dormir jusqu’en milieu de journée, à manger des saucisses, à se poser devant les émissions de Sophie Davant et à boire demis et bières dans les bistrots du coin. Ce qu’il attend ? Le grand amour.couv-site-je-vais-my-mettre

Seulement un jour, Fred arrive en fin de droits. Ses piètres allocations chômage vont bientôt lui être retirées. Le quadra n’a donc plus le choix : il va falloir trouver un emploi. Il va s’y mettre, promis. Mais il n’en trouvera pas. En lieu et place, ce sont des ennuis qu’il déniche.

Et voilà le lecteur entrainé, jusqu’à Malaga, à la suite de Fred, personnage principal apathique mais lucide.

L’écriture est drôle, enlevé, très imagée et très orale. Le regard est sagace, voire grinçant.

Mais la nonchalance, la mollesse de Fred finissent par irriter. On attend le sursaut salutaire, le tournant providentiel.

Or chaque démarche, chaque détour emprunté mènent à l’impasse. Florent Oiseau n’épargne ni son héros ni son lecteur.

S’il a le sens de la formule qui égratigne et frappe juste, il sait aussi nous faire languir au point de nous crisper parfois.

Ce Fred un poil trop vulgaire a beau nous rester sympathique, il n’en demeure pas moins un loser. On attend constamment le sursaut salutaire.

Un premier roman plein d’une désinvolture toute feinte, qui permet de glisser plusieurs saillies bien senties sur la société et ses incongruités tragiques. Mais un premier roman qui me laisse tout de même sur ma faim.

J’attends avec un impatience le prochain roman du même auteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Titre : Je vais m’y mettre

Auteur : Florent Oiseau

Éditions : Allary

Nombre de pages : 220 pages

Parution : août 2016

 

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply