Rentrée littéraire, Rentrée littéraire 2016

#Post it : Chanson douce, de Leila Slimani

 

Le deuxième roman de Leila Slimani nous terrifie dès la première phrase. « Le bébé est mort ». Le ton est donné. Aussi simple que glaçant.

Myriam et Pslimaniaul sont les heureux parents de deux enfants, Mila et Adam. Heureux oui, mais Myriam se sent à l’étroit dans ce seul rôle de maman. Alors malgré les réticences de son mari, elle décide de reprendre son travail d’avocate. Le couple se met donc en quête de la nounou idéale. Quand ils rencontrent Louise pour la toute première fois, c’est une évidence. Très vite, la nounou devient indispensable et occupe une place prépondérante dans l’organisation familiale. Redoutablement discrète, Louise enserre peu à peu le couple dans un étau, celui de la dépendance totale. Jusqu’au drame.

Bizarrement, malgré la première phrase et l’annonce de mort d’un enfant, on se prend à espérer que tout va finalement bien se terminer. Le personnage de Louise est en effet tellement troublant, et ce dès son entrée en scène, qu’on oscille constamment entre empathie, détestation ou haut-le-cœur.

On reste d’autant plus circonspect et troublé que l’histoire est servie par une écriture fluide, simple, voire douce. Une douceur qui, de temps à autre, permet à l’auteure de glisser une once effrayante de venin.

Louise est impénétrable, solitaire. Peu à peu, elle creuse le fossé où elle précipitera la famille. Leila Slimani ne nomme qu’une seule et unique fois le mal qui la ronge. Mélancolie délirante. On ne saura toutefois pas ce que cache ces mots.

Derrière ce tableau familial, c’est aux apparences, aux préjugés et différences sociales que s’attaque l’auteure, qui se contente de nous mettre face aux situations pour les dénoncer ou les moquer.

Leila Slimani signe un deuxième roman à la fois lumineux et glauque lauréat du Goncourt 2016.

 

Titre : Chanson douce

Auteure : Leila Slimani

Éditions : Gallimard

Nombre de pages : 240

Parution : août 2016

 

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Yuyine 6 novembre 2016 at 7:16

    J’avais déjà envie de le parcourir avant les nominations de prix pour le côté glaçant au sein d’une famille. Le sujet tabou de l’infanticide amené par la plume de Leïla Slimani suffisait à me convaincre de l’intérêt de Chanson Douce. Joli post-it!

    • Reply Bookapax 10 novembre 2016 at 11:50

      Merci !! Je ne peux que te le conseiller 🙂

    Leave a Reply