Lecture, Rentrée littéraire, Rentrée littéraire 2017

Les peaux rouges, de Emmanuel Brault

 

Le résumé

Amédée Gourd est raciste. Bêtement raciste. Un racisme hérité de Mémé, la grand-mère qui l’a élevé quand sa mère, alcoolique, le lui a abandonné.

Amédée Gourd est raciste et il le revendique. Il déteste les Peaux rouges, « nombreux dans les rues autour, partout, et qui n’ont pas fini de nous faire chier ».

Mais les choses se compliquent pour lui quand un jour, il bouscule une femme enceinte et l’insulte de « sale rougeaude ». Sa vie bascule, Amédée se retrouve en prison, puis en centre de soins, avant de retourner (guéri ?) chez Mémé.

Mon avis

Le style est direct. Le discours sans fioritures. Le rythme est soutenu, pressant. Il y a comme une urgence, un impératif.

Ce premier roman surprend par la maturité de son écriture. On reste accroché à sa lecture, aucune mollesse ne vient nous lasser. Au contraire, on reste suspendus aux bons mots d’Emmanuel Brault qui nous régale en jouant habilement avec les mots.

Le sujet, le racisme ordinaire, est entièrement assumé. Tout est dit dès le premier chapitre. Le ton, corrosif, grinçant, agaçant pour le lecteur, est donné d’emblée.

« Tant que je peux j’écris au nom des racistes. C’est des gens comme tout le monde avec des yeux et des jambes. Ils peuvent pas piffrer les rouges, il y en a ils peuvent pas piffrer les araignées, nous c’est les rouges, c’est pas plus compliqué que ça. On les trouve moches, ils salissent les rues et ils font chier, les araignées elles ferment leur gueule au moins, […] » peut-on lire sous la plume de l’auteur.

Les Peaux rouges fait entrer en littérature une frange de la population qu’on n’a pas l’habitude d’y voir.

Écrit comme une fable très actuelle, trop contemporaine et sans véritable morale, l’auteur nous met face à une réalité et nous laisse seuls face à une évidence, face à ce héros indigne.

C’est dérangeant, osé, périlleux.

 

Titre : Les Peaux rouges

Auteur : Emmanuel Brault

Éditeur : Grasset

Nombre de pages : 198

Parution : 30 août 2017

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply