Lecture, Rentrée littéraire, Rentrée littéraire 2017

Sa mère, de Saphia Azzeddine

 

Le résumé

Marie-Adélaïde, née sous X, a la rage au ventre  ; elle a un destin, mais ne sait pas encore lequel. Pas celui de caissière à La Miche Dorée. Pas non plus celui de ses rares copines, certaines connues en prison, d’autres camarades de galère et d’errance. Serait-ce celui de nounou des enfants impeccables de la Sublime  ? Ou celui de retrouver sa mère coûte que coûte  ? Son destin, elle va le chercher avec les moyens dont elle dispose  : le culot, la parole qui frappe, l’humour cinglant, l’insoumission à son milieu, la révolte contre toutes les conventions.

Mon avis

Quel ouragan que ce nouveau roman de Saphia Azzeddine ! On est tout de suite saisis par la bourrasque et entrainés dans la vie d’une Marie-Adélaïde haute en couleurs. Hardie, impertinente, elle traverse les âges et les milieux sociaux avec une assurance non dénuée d’une cruelle lucidité.

Née sous X, Marie-Adélaïde a été adoptée par les Berthier, une famille en apparence bien sous tous rapports, qui se débarrasse d’elle quand elle a 10 ans. De foyers en familles d’accueil, l’adolescente atterrit chez les Adjaïni, une famille maghrébine qui l’émeut mais se préoccupe un peu trop de sa réputation.

Son bac décroché haut la main, la jeune fille enchaine les petits boulots. D’abord comme garde-malade chez une vieille héritière malade entourée de gens « qu’elle appelait ses intimes mais qui n’étaient rien d’autre que des pique-assiette », puis comme caissière à La Miche Dorée, et enfin comme nounou chez la Sublime. Entretemps, elle a écopé de 6 mois de prison pour coups et blessures et y a fait des rencontres qui la remettent sur la voie de sa mère.

Dans un jeu de quilles, le personnage de Marie-Adélaïde servirait de boule à son auteure. Saphia Azzeddine la balance dans différents milieux, lui fait rencontrer des profils très divers, pour mieux y semer la pagaille et jeter un froid souvent salutaire.

Souvent seulement. Car comme dit dès le départ, si ce livre est un déferlement, une rafale de saillies aussi cruelles que très justes, il lui arrive parfois d’emprunter des raccourcis trop faciles. Des raccourcis qu’on finit par lui excuser toutefois tant ils peuvent être nuancés quelques pages plus loin.

L’écriture est aussi fluide que le ton est explosif.

Un livre comme une réflexion sur les rapports de classes, la vacuité des apparences, ou encore les rapports humains.

 

Titre : Sa mère

Auteure : Saphia Azzeddine

Éditeur : Stock

Nombre de pages : 240

Parution : 23 août 2017

 

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Elodie Varrin 18 juillet 2017 at 11:47

    Oh et ben il me faisait de l’oeil, mais là je suis carrément motivé à ma liste déjà trop longue de livres à lire!

    • Reply Bookapax 18 juillet 2017 at 2:39

      Pareil ! Il faisait partie de ces livres de la rentrée littéraire que je voulais lire. Et je n’ai pas été déçue 😉

    Leave a Reply