Adultes, Lecture, Lectures du mois

#Lectures de juillet 2016

 

En juillet 2016, j’ai lu,

 

Tess d’Urberville, de Thomas Hardy

Une amie m’avait conseillé ce grand classique de la littérature anglaise, et elle a très bien fait. Je n’ai eu aucun mal à m’tessarrimer à cette histoire à la fois lumineuse et triste, servie par une écriture subtile et puissante. On est captivé par le destin de Tess, on avance dans la lecture en étant tour à tour irrité et plein d’espoir, on en vient à désespérer du genre humain. C’est captivant, intelligent ! Une fois terminé le livre, j’ai voulu regarder le film réalisé par Polanski, et malgré mes craintes (les films adaptés de livres ne leur rendent pas forcément service !) je n’ai pas été déçue. Personnages, situations, atmosphère, tout colle bien à notre imaginaire.

 

La promesse de l’aube, de Romain Gary

Comme souvent avec les classiques, en ouvrant La promesse de l’aube, je m’attendais à un texte assez lourd à digérer. Que nenni ! On est vite embarqués par l’écriture aussi fluide que magnifiquement agréable, vigaryve et drôle de Romain Gary. C’est toute une époque, celle de l’entre-deux-guerres et de la Seconde guerre mondiale, qu’on revisite à travers l’existence de l’enfant Gary. Une existence hors du commun auprès d’une mère sensationnelle d’extravagance. Pétri de certitudes et poussé très haut par une mère qui exige l’excellence sinon rien, l’enfant unique est tour à tour comblé d’aise ou étouffé. Un classique a lire absolument entrer dans l’univers Gary.

 

Les hirondelles de Kaboul, de Yasmina Khadra

Un livre qui a longtemps trainé sur les étagères de ma bibliothèque, que j’ai maintes fois sorti, puis replacé, lui préférant d’autres ouvrages du même auteur. Premier tome d’une trilogie, Les hirondelles de Kaboul est aussi dense que rapide à lire puisque très court. Et c’est justement lkhadrahirondellesà qu’est le bémol. On plonge dans le quotidien sinistre et misérable d’Afghans aux destins divers, et puis d’un coup tout s’arrête. En finissant le livre, on ne sait pas vraiment ce qu’on aurait espéré de plus, mais on reste sur sa faim. On en ressort complètement groggy aussi, tant les situations nous touchent.

 

Bad girl, de Nancy Huston

Je n’avais jamais lhustonu d’ouvrages de cette auteure auparavant. La couverture de Bad girl, je l’ai croisée sur une des nombreuses tablées de la Fnac. Je me suis penchée sur la quatrième de couverture, et le livre a inévitablement fini dans mon panier. Le lendemain, j’en avais achevé la lecture. Me disant au passage que j’étais tombé sur le bon titre pour découvrir l’auteure, puisqu’elle s’y adresse à son ‘moi’ foetus pour mieux retracer son enfance, parler de ses traumatismes ou encore évoquer la destinée de ses parents et grands-parents. Un livre très rythmé, très incisif, qui pousse à la réflexion sur la condition féminine, la famille, etc. Un incontournable de Huston.

Beaux rivages, de Nina Bouraoui

J’ai reçu cet ouvrage dans le cadre de l’opération #ExploLecteurs du site Lecteurs.com, autant avouer d’emblée que je n’ai pas accroché. Pourtant la quatrième de couverture était prometteuse. « Radiographie d’une séparation », cela semblait original. Malheureusement je ne me suis nullement abeauxrivagesttachée à ce personnage principal qui, inéluctablement, plonge jusqu’au plus profond dans la dépression et la dépréciation de soi. On n’a qu’une envie, secouer le personnage et l’auteure afin que les choses évoluent et que quelque chose se passe enfin ! Bref, lecture décevante pour ma part.

 

Où la lumière s’effondre, de Guillaume Sire

sireComme le précédent ouvrage, j’ai reçu Où la lumière s’effondre dans le cadre de l’opération #ExploLecteurs. Et autant dire que là, je me suis régalée. Le rythme empressé, haletant, l’ambiance tendue, presque animale, l’originalité de la thématique, les réflexions distillées ça et là, tout est fait pour accrocher notre attention et suspendre notre souffle. Seul bémol, mais léger : on aurait aimé une histoire bien plus étoffée. On reste un peu frustré en refermant le livre.

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply