Adultes, Lecture

Le fils de Zahwa : pourquoi ce livre ?

 

L’écriture du roman Le fils de Zahwa s’est imposée à moi.

S’il arrive qu’on réfléchisse à une histoire, à ses personnages, à ses lieux, à son style, etc., il arrive également que le récit s’impose à vous. Qu’il vous faille l’écrire. Le déposer. Que vous éprouviez le besoin impérieux de le transmettre. Ce fut le cas avec Le fils de Zahwa. 9791092271317

L’écriture est ma grande passion, et c’est aussi un formidable canal de transmission. En embarquant le lecteur au fil des pages, l’écrivain le fait certes voyager mais le force également à se poser physiquement et mentalement pour voir le monde. Ce faisant, il lui offre la possibilité de vivre ce monde, de le ressentir, de s’identifier, de vibrer.

Avec Le fils de Zahwa, j’étais désireuse de conduire le lecteur derrière le terme d' »immigré ». Un mot sans saveur. Un terme éculé au possible.

En faisant un pas de côté, en gommant ce mot pour mieux voir la vie derrière, j’ai souhaité emmener le lecteur à la rencontre de ces milliers de destins, trop longtemps vus comme des travailleurs et non comme des hommes pétris de convictions, de passions, de déchirements, de ressentis tout simplement.

Il m’a semblé impératif de leur redonner chair et corps. Ne serait-ce que pour les générations à venir, celles qui n’auront pas eu l’occasion de côtoyer leurs silences, de subir leurs soudaines colères, de rire de leurs maladresses, de ressentir leur amour gauche.

D’ailleurs le voyage ne s’achèvera pas à la fin des 260 pages de ce roman. Je compte en effet bien ré-embarquer mes lecteurs pour donner à voir diverses facettes de cette époque.

Bonne lecture !

 

 

Titre : Le fils de Zahwa

Auteure : Assmaâ Rakho-Mom

Éditions : du Lamantin

Nombre de pages : 260

Parution : 21 mars 2017

 

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply