Ecriture, L'atelier

Écriture créative #2 – La description

 

Et si on se penchait sur la description, et plus précisément sur le portrait ?

Pour nous faire rencontrer visuellement un personnage, le/la romancier/ère marque une pause dans le récit et nous brosse un portrait en quelques traits significatifs.

Pour ma part, je vous propose d’écrire un portrait à partir de la photo ci-dessous :

————————————————————-

CONSIGNE : En un maximum de dix phrases courtes, dressez le portrait de cette femme en imaginant le faire lire à quelqu’un qui ne verra pas la photo.

————————————————————-

 

 

 

 

 

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply @Swryiza3afakm 14 septembre 2017 at 6:54

    Les traits fatigués mais le regard perçant, elle nous racontait un épisode de sa jeunesse. Elle avait la peau noire, le nez épaté et de fines lèvres qu’elle maintenait fermées comme pour masquer sa dentition imparfaite. Ses cheveux étaient cachés sous un foulard blanc noué en turban sur sa tête

  • Reply déconicou 14 septembre 2017 at 8:42

    C’était une femme basanée, d’un certain âge. Elle cachait ses cheveux sous un turban.
    Elle avait le visage fripé et amaigri, avec des poches sous ses yeux noires, un nez épaté et des lèvres pas trop charnues. Elle avait du être belle dans sa jeunesse. Quand on voyait se dessiner de nouvelles rides autour de sa bouche, c’était qu’elle avait quelque chose d’important à nous révèler.
    Malgré les épreuves de sa vie, son regard était toujours pétillants.
    Et avait l’air en excellente santé.
    Je n’oublierais jamais son doux visage qui respirait la gentillesse et la sagesse.

  • Reply Celine 14 septembre 2017 at 10:16

    Sa peau ridée d’un noir profond lui donnait un air sévère. Les yeux brillants semblaient inquiets et la moue de ses lèvres confirmait cette impression. Ses cheveux était cachés sous un foulard comme chaque jour de dur labeur. Elle n’était pas si vieille mais la rudesse de sa vie se lisait dans ses traits

  • Reply Christelle 15 septembre 2017 at 11:02

    Derrière sa moue de femme forte, Grand-ma regardait son petit garçon avec tendresse. Ses yeux fins, qui avaient tant vu, observaient cet enfant avec un amour infini. Son visage, chargé de soleil et dont les mille sillons trahissaient son âge, ne pouvaient refrener un doux sourire. Oui, son coeur était gai. Fatigué, mais heureux et vivant. Le noeud de son fichu qui, comme elle, n’avait plus d’âge, amusait l’enfant lorsqu’il venait vers elle. Il laissait apparaitre quelques cheveux gris devant ses oreilles, lorsqu’elle le nouait vite. Vite, ça elle avait l’habitude.

  • Reply little meggy 15 septembre 2017 at 2:55

    Il était très difficile de lui donner un âge. Avec sa peau noire et ses traits tirés par la fatigue, on aurait pu lui donner soixante-cinq ans. En réalité, elle n’en avait que cinquante. Probablement était-ce là la marque d’une vie passée à travailler dans les champs et à élever ses quinze enfants. Son foulard ne laisser rien entrevoir de ses cheveux. Amaigrie, les joues presque creuses, on devinait pourtant dans ses yeux une lueur de fierté. La fierté de marier son seul et unique fils.

  • Leave a Reply